Steve Sem-Sandberg

Steve Sem-Sandberg a reçu le prix Médicis étranger 2016 pour Les Élus (Robert Laffont, 2016). Son précédent roman, Les Dépossédés (Robert Laffont, 2011), a été finaliste du prix Jan Michalski 2013 et lauréat du prix Transfuge du meilleur poche étranger 2015. L’Académie suédoise des Neuf lui a décerné son Grand Prix pour son « oeuvre littéraire remarquable, caractérisée par sa dimension intellectuelle, sa précision historique et sa profondeur psychologique ». Son dernier ouvrage, W. ou la Guerre a remporté le prix August 2019 en Suède.

 

W. ou la Guerre, Robert Laffont, 2022. Trad. du suédois par Hélène Hervieu.

Woyzeck, c’était le nom d’un ancien soldat arrêté en 1821 pour avoir poignardé sa maîtresse. Condamné à mort, il fut exécuté trois ans plus tard, après une longue controverse psychiatrique. Ce fait divers a inspiré une pièce de théâtre inachevée à Georg Büchner, classique de la littérature allemande, avant que Steve Sem-Sandberg n’y puise à son tour la matière de son nouveau roman, chef-d’oeuvre récompensé en Suède du prestigieux prix August.

Entre les quatre murs de sa cellule, au gré des courses de la lumière sur les parois, Woyzeck se rappelle. Les années, les jours, les heures qui ont précédé sa crise, nourrie par un amour fou pour son amante Christiane Woost, qu’il poignarda en pleine rue, à la vue de tous les passants.

Pendant trois ans, il attend : le prochain interrogatoire qui lui ôtera un peu plus de son humanité ; la mort.

 

Un vertigineux roman historique, dans lequel Steve Sem-Sandberg, l’auteur des Élus, couronné du prix Médicis étranger en 2016, affronte une fois de plus la sanglante et violente histoire européenne.

Les dépossédés, Robert Laffont, 2011. Trad. du suédois par Johanna Chatellard-Schapira

Les élus, Robert Laffont, 2016. Trad. du suédois par Johanna Chatellard-Schapira

Lettres de pluie, Robert Laffont, 2019. Trad. du suédois par Johanna Chatellard-Schapira

« Chez Steve Sem-Sandberg, la frontière est toujours ténue entre le bien et le mal. Fasciné par le psychisme, [il] en décrit les zones grises. »

Le Monde des livres