Niviaq Korneliussen

Née en 1990 ans la ville de Nanortalik, au sud du Groenland, Niviaq Korneliussen vit aujourd’hui à Nuuk. Son premier roman, Homo Sapienne, a marqué un tournant dans l’histoire littéraire groenlandaise en devenant l’un des premiers succès internationaux inuits. La Vallée des Fleurs a remporté le Grand prix de littérature du Conseil nordique 2021.

 

La Vallée des Fleurs, La Peuplade, 2022. Trad. du danois par Inès Jorgensen

Elle vit à Nuuk, la capitale du Groenland. Elle est inuite, jeune, moderne et pleine d’humour. Elle est amoureuse de sa copine. Elle a été acceptée à l’Université d’Aarhus au Danemark et va enfin sortir du nid familial. Mais l’arrivée sur le continent réveille en elle une souffrance muette, une fêlure qui tue lentement le goût de vivre. Un événement tragique dans sa belle-famille la rappelle opportunément dans l’est du Groenland, au pied de la Vallée des Fleurs où, contre toute attente, la beauté des montagnes déclenche chez elle le début d’une rupture radicale. Elle, qui enfant avait sauté d’une fenêtre pour s’envoler, va chercher à retrouver à tout prix sa liberté perdue.

Après le succès international de Homo sapienne, Niviaq Korneliussen revient avec un chef-d’œuvre d’hypersensibilité et d’audace dans lequel elle aborde de front le difficile sujet des épidémies de suicide qui touchent son pays natal.

Homo Sapienne, La Peuplade, 2017. Trad. du danois par Inès Jorgensen

 » A la différence de son premier roman (Homo sapienne, La Peuplade, 2017), c’est d’abord en danois que Niviaq Korneliussen a écrit La Vallée des fleurs, avant de le traduire en groenlandais. Peut-être est-ce grâce à ce détour linguistique que ce texte sonne aussi juste sur le sentiment grandissant de l’héroïne d’être, à force de se traduire, étrangère à elle-même. « 

Zoé Courtois, Le Monde