Sigríður Hagalín Björnsdóttir

Sigríður Hagalín Björnsdóttir est née en 1974. Journaliste brillante, elle dirige le service informations de la télévision publique islandaise, où elle présente le journal télévisé. L’île, son premier roman, est un bijou.

L’île [Gaïa, 2018], trad. Éric Boury
Il arrive que se produisent des choses qui rassemblent l’humanité tout entière, et chacun se rappelle l’endroit où il se trouvait quand il a appris la nouvelle. Le monde peut devenir si petit qu’il se résume à un seul être humain. À un homme minuscule dans un fjord abandonné d’Islande. Un homme qui se souvient : comment toute communication avec le monde extérieur fut soudain coupée, comment réagirent le gouvernement, les médias, la population. Comment il réagit lui-même, journaliste politique flirtant avec les sphères du pouvoir, en couple avec María, musicienne d’origine étrangère. Le pays, obsédé par son passé, croit pouvoir vivre en autarcie, rejette dangereusement tout ce qui n’est pas islandais, et réactive des peurs ancestrales. Faire face à la faim, dans un pays de volcans cerné par les eaux. Comme un piège qui se referme.

L’île [Gaïa, 2018], trad. Éric Boury