Auður Ava Ólafsdóttir

Née en 1958, Auður Ava Ólafsdóttir est très investie dans le milieu de l’art et de la littérature. À sa manière si singulière, sobre, irrésistible, l’auteure Islandaise poursuit, d’un roman à l’autre, du Rouge vif de la rhubarbe à Rosa candida, une œuvre d’une grande finesse. Encensé par la presse lors de sa parution, Ör, a valu à son auteur l’Íslensku bókmenntaverðlaunin, le plus prestigieux prix littéraire d’Islande, et le Nordic Council Literature Prize, le « petit Nobel », remis chaque année à un écrivain des cinq pays nordiques.

Auður Ava Ólafsdóttir viendra nous présenter son nouveau roman, Miss Islande, aux éditions Zulma.

 

Miss Islande [Zulma, 2019]. Traduit de l’islandais par Eric Boury.

Hekla quitte la ferme familiale pour accomplir vaillamment sa destinée : devenir écrivain dans un pays patriarcal, au début des années 1960. Miss Islande est un véritable voyage au cœur d’un pays qui, contre toute attente, se révèle conservateur.

En 1963, l’Islande est un pays encore isolé : on y compte à peine plus de 177 000 habitants, un prix Nobel de littérature et deux avions transatlantiques. En dehors de la base militaire américaine de Vellir, aucun étranger ne met les pieds sur une île largement rurale. Hekla, romancière en herbe, emballe quelques effets personnels, une machine à écrire et prend le bus pour Reykjavik avec un manuscrit au fond de sa valise. Le temps est venu d’accomplir son destin : devenir écrivain.

Mais la jeune femme va d’une déconvenue à l’autre : on lui conseille plutôt de participer à l’élection de Miss Islande et ne pas perdre son temps à écrire. Entre deux petits boulots et quelques pages tapées à la machine, elle se réfugie chez Ísey, amie d’enfance trop vite tombée enceinte d’un amour de vacances, dorénavant coincée à Reykjavik bientôt avec deux enfants. Ou auprès de Jón John, fils illégitime d’un soldat américain qui rêve de quitter l’Islande pour devenir styliste et vivre ouvertement avec un homme.

Avec la sensibilité qui lui est propre et son humour subtil, Auður Ava Ólafsdóttir explore dans son sixième roman la relation entre deux marginaux, prisonniers d’un monde lilliputien dans lequel aucun ne semble avoir sa place. Miss Islande interroge sur les aspirations créatives, dans un monde où les hommes sont nés poètes, et les femmes invitées à concourir à l’élection de Miss Islande.

Ör [Zulma, 2017], trad. Catherine Eyjólfsson

Le rouge vif de la rhubarbe [Zulma, 2016], trad. Catherine Eyjólfsson

L’Exception [Zulma, 2014], trad. Catherine Eyjólfsson

Rosa Candida [Zulma, 2013], trad. Catherine Eyjólfsson

L’Embellie [Zulma, 2012], trad. Catherine Eyjólfsson

Rosa Candida [Points, 2010], trad. Catherine Eyjólfsson